Valérie Plante et Chantal Rouleau arborant la déclaration officielle. (Photos : EMM)

MONTRÉAL ET QUÉBEC S’ENGAGENT « OFFICIELLEMENT » À REVITALISER L’EST DE MONTRÉAL

Il y avait encore une fois foule ce matin dans la tour du Stade olympique pour entendre les engagements de la mairesse de Montréal et de la ministre responsable de la Métropole concernant la revitalisation de l’Est montréalais. Si l’ampleur des projets annoncés depuis la dernière campagne électorale provinciale rend le sujet très attractif pour les médias, c’est aussi la synergie qui se cristallise enfin entre les acteurs politiques de l’Est qui capte l’attention.

Déclaration commune

Chantal Rouleau et Valérie Plante ont donc signé aujourd’hui, en grandes pompes devant les médias montréalais et de nombreux élus et dirigeants d’organismes de l’Est, la Déclaration du gouvernement du Québec et de la Ville de Montréal pour revitaliser l’Est de Montréal. Ce document officiel vient confirmer les principaux projets communs de développement qui sont sur la table pour les prochaines années. « Les deux parties s’engagent ainsi à consolider une vision commune, intégrée et innovante pour le développement de l’Est de Montréal et à entreprendre rapidement, dans un esprit de collaboration, le grand chantier de revitalisation de ce territoire à fort potentiel de développement », peut-on lire dans le communiqué officiel. Qui aurait pu prédire, il y a à peine un an, que les deux anciennes adversaires politiques signeraient côte à côte et avec enthousiasme un tel document…

Une image difficile à imaginer l’an dernier…

Rue Notre-Dame et navette fluviale

Les engagements électoraux commencent ainsi à prendre forme avec l’annonce de la création d’un nouveau bureau de projet pour la transformation de la rue Notre-Dame en boulevard urbain. Le gouvernement, la Ville et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) y travailleront en collaboration. L’objectif est de redessiner cette artère stratégique pour la rendre plus attrayante et mieux intégrée à ses différents cadres urbains (résidentiel, commercial et industriel), et en faire un corridor de mobilité durable et efficace reliant les quartiers de la pointe de l’île au centre-ville. Un dossier majeur pour l’Est de Montréal qui tarde depuis une trentaine d’années à se réaliser. Selon Chantal Rouleau, des détails seront dévoilés en début 2019 concernant un échéancier préliminaire.

Le dossier de la navette fluviale qui relierait presque toute l’année le Vieux Pointe-aux-Trembles au centre-ville de Montréal serait également sur le point d’aboutir. Il fait partie des actions prioritaires qui devraient être déployées à court termes et qui se retrouvent dans la Déclaration. Resterait finalement à savoir si cette navette sera intégrée ou non à l’offre de transport collectif régional, mais elle devrait d’une façon comme d’une autre sillonner le Saint-Laurent probablement dès l’été prochain.

Mobilité et développement économique

Les deux paliers de gouvernement s’entendent pour améliorer le sort de l’Est montréalais via deux axes d’intervention, soit pour favoriser une mobilité durable et intégrée, ainsi que le développement économique innovant et durable.

Concernant le transport, les actions à poursuivre selon la Déclaration sont le prolongement de la ligne bleue du métro; la mise en place d’un service rapide par autobus sur le boulevard Pie-IX; et les études de nouveaux projets de transport collectif comme par exemple le fameux tramway de l’Est.

À court terme, les parties prenantes visent comme actions prioritaires la refonte du réseau d’autobus incluant l’ajout d’autobus hybrides dans l’Est; le déploiement de la navette fluviale; et le réaménagement de la rue Notre-Dame. Sur ce dernier point, on peut se poser la question à savoir à quel point on peut, de façon réaliste, parler de « court terme », mais c’est ce qu’indique néanmoins le document officiel.

En ce qui a trait au développement économique, on pointe comme actions à poursuivre le développement de la zone industrialo-portuaire et de ses différents secteurs; ainsi que l’amélioration de l’accès au port dans l’axe du boulevard de l’Assomption et du raccordement au réseau routier supérieur. Pour les actions prioritaires à court terme, la Ville et Québec s’engagent à identifier des sites stratégiques à décontaminer, des besoins et des collaborations requises pour y parvenir; à déterminer les besoins en infrastructures routières, d’eau et d’électricité pour ces prochains sites à développer; et à mettre en valeur des terrains prêts à l’investissement. Rappelons à ce sujet que la CAQ s’était engagée en campagne électorale à injecter 200 M $ pour la décontamination des sols dans l’Est de Montréal dans un premier mandat.

Hasard ou stratégie électorale?

Le parti Ensemble Montréal a accusé la semaine dernière l’administration Plante d’annoncer des projets et des investissements dans les secteurs de RDP-PAT et de Saint-Michel afin de stimuler les intentions de vote en faveur de Projet Montréal, alors que les élections partielles auront lieu ce dimanche, notamment pour la mairie de RDP-PAT, poste vacant depuis l’élection de Chantal Rouleau au provincial. En fait, on reprochait surtout à Mme Plante d’avoir annoncé la réfection du fameux boulevard Gouin reconnu depuis longtemps pour son état de décrépitude chronique. Pourquoi avoir dans ce cas annoncé aujourd’hui la signature de la Déclaration? « Ce n’est qu’une question d’agenda. Si on ne faisait pas la conférence de presse conjointement aujourd’hui, ça nous aurait amené à la faire beaucoup plus tard en 2019 et on voulait partir la roue immédiatement. Ça n’a rien à voir avec les élections partielles et de toute façon ce sont des projets dont nous parlons depuis déjà un an », a déclaré Chantal Rouleau en prenant au vol la question d’un journaliste à ce sujet. La mairesse a répondu dans le même sens par la suite.

Beaucoup d’élus de l’Est de Montréal étaient à la conférence de presse annonçant la signature d’une déclaration officielle Québec-Montréal pour la revitalisation de ce territoire.