Hôpital Santa Cabrini (photo EMM).

« VISIBLEMENT, IL Y A DES PROBLÈMES DE GESTION AU CIUSSS DE L’EST-DE-L’ÎLE-DE-MONTRÉAL »

Le député de Rosemont, Vincent Marissal, n’est pas tendre ce matin envers la direction du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, alors que la troisième vague frappe de plein fouet les salles d’urgence de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et de l’Hôpital Santa Cabrini. Par voie de communiqué, il demande au ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, de convoquer rapidement une réunion rassemblant les intervenants du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal « afin de trouver des solutions rapides pour redresser la situation dans ces établissements. »

« Pénurie de main-d’œuvre chronique, temps supplémentaire obligatoire, démissions en bloc, vétusté des installations : la situation dans les salles d’urgence de l’est de Montréal est devenue hors de contrôle. Les conditions de travail du personnel soignant et l’offre de soins se détériorent à vue d’œil à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et à l’Hôpital Santa Cabrini, où une dame a récemment dû passer neuf jours sur une civière aux urgences par manque de lits. L’heure est grave. Si on veut éviter une catastrophe dans ces établissements, il faut trouver des solutions rapidement », s’inquiète le député de Québec Solidaire.

Le député solidaire de Rosemont, Vincent Marissal (photo EMM).

Vincent Marissal souhaite une rencontre d’urgence réunissant les élus locaux, les intervenants du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal, les porte-parole du personnel soignant et les représentants syndicaux des établissements touchés. « On assiste à une véritable hémorragie du personnel soignant au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal : les soignantes quittent massivement pour se tourner vers les agences de placement ou vers d’autres CIUSSS sur le territoire montréalais. Visiblement, il y a des problèmes de gestion au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Le ministre doit prendre acte de la situation et rassembler les principaux intervenants autour de la table avant qu’on se retrouve carrément en bris de service. Une fois qu’on a posé un diagnostic, c’est le devoir des élus de trouver le remède », fait valoir le député de Rosemont.

Rappelons que depuis plusieurs mois, les démissions d’infirmières et de soignantes se multiplient à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et à l’Hôpital Santa Cabrini. En date de vendredi dernier, les taux d’occupation des civières étaient de 154% à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont et de 124% à l’Hôpital Santa Cabrini, selon M. Marissal.