François Limoges, candidat à la mairie de Rosemont-La Petite-Patrie, sous les couleurs de Projet Montréal (photo : EMM).

ROSEMONT : FRANÇOIS LIMOGES VEUT EXERCER UN LEADERSHIP FORT DANS L’EST

Tout au long de la présente campagne électorale municipale, EST MÉDIA Montréal vous proposera plusieurs rencontres avec des aspirant.es à la mairie d’arrondissements de l’est, question de découvrir à la fois leur plateforme locale et leur vision de certains enjeux liés au territoire. Aujourd’hui, François Limoges, candidat de Projet Montréal dans Rosemont–La Petite-Patrie.

Rencontré la semaine dernière dans un café du secteur Angus, le candidat à la mairie de Rosemont–La Petite-Patrie pour Projet Montréal, François Limoges, semblait bien préparé à occuper le siège du maire sortant François William Croteau, son ancien collègue depuis 2009 au Conseil d’arrondissement. L’élu du district de Saint-Édouard ces 12 dernières années y est allé tout de go d’engagements précis pour Rosemont (quartier couvert par EST MÉDIA Montréal), dont certains assez costauds, des projets qu’il aimerait réaliser à l’intérieur d’un prochain mandat, dit-il. Appelé par ailleurs à commenter sur le leg qu’aura laissé le maire Croteau, François Limoges n’a pas hésité à le qualifier de pionnier de l’environnement au niveau municipal. « Il a littéralement aidé à définir l’action municipale en environnement. Il a été un des premiers à promouvoir et à instaurer des politiques en matière de compostage et de toits blancs, entre autres, et ses réflexions sur l’environnement ont toujours été innovantes et inspirantes. Il faut le souligner », a-t-il déclaré.

Même si Rosemont–La Petite-Patrie rayonne d’une aura de château fort pour la formation de Valérie Plante, François Limoges affirme ne rien prendre pour acquis, et insiste plutôt pour mettre en valeur un renouveau substantiel de l’équipe de candidats de Projet Montréal dans l’arrondissement, alors que seul le principal intéressé et Jocelyn Pauzé (district de Marie-Victorin) se représentent cette année. Trois nouvelles candidates complètent donc le tableau : Ericka Alneus (Étienne-Desmarteau), Josefina Blanco (Saint-Édouard) et la candidate vedette Dominique Ollivier (Vieux-Rosemont), ancienne commissaire et présidente de l’Office de consultation publique de Montréal. « Une nouvelle équipe certes, mais avec toujours les mêmes valeurs de transition écologique, de verdissement et le désir d’embellir une ville à échelle humaine. Nous allons ajouter à cela une volonté d’accentuer considérablement la concertation et la consultation citoyennes, notre grand engagement pour un prochain mandat », affirme François Limoges. Le candidat reviendra sur ce thème tout au long de l’entrevue, à la base de plusieurs de ces grands projets, dont en voici quelques-uns pour le secteur de Rosemont, tout particulièrement.

Participer au développement de l’est

Aucun doute dans le discours de l’aspirant maire, l’est de Montréal revêt une importance particulière à ses yeux. D’emblée, il avouera être « un petit gars de l’est », ayant vécu toute son enfance dans l’est de Rosemont. « Je serai un maire qui sera présent dans l’est, sur les tables de l’est, avec les acteurs de l’est, et je serai un ambassadeur de l’est. J’ai l’intention d’exercer un leadership très fort dans l’est de Montréal », dira sans ambiquïté François Limoges. Une déclaration qui plaira certainement à l’establishment de l’est qui reprochait quelque peu à l’ancien maire d’être souvent absent des discussions entourant les grands dossiers de l’est. Parmi les dossiers que le candidat a dans sa mire, soulignons le REM de l’est, la reconstruction de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, le prolongement de la ligne bleue du métro et le Centre commercial Le Boulevard.

Dynamiser les artères commerciales

Fort de son expérience et du succès que connaît la « nouvelle » Plaza St-Hubert, un dossier (et un chantier) qu’il a piloté ces dernières années, le candidat à la mairie d’arrondissement fait de la revitalisation du P’tit Beaubien et de la Promenade Masson un cheval de bataille important dans sa plateforme électorale. Pour le P’tit Beaubien, association de commerçants situés sur la rue du même nom, entre le boulevard Pie-IX et le boulevard de l’Assomption, François Limoges dira vouloir « définir et transformer le cadre urbain en collaboration avec les acteurs du quartier. » Selon lui, le secteur possède un potentiel de développement considérable. « On peut embellir le coin, le verdir, augmenter l’offre, attirer plus de gens et même, pourquoi pas, installer un petit marché public. Et je suis persuadé que l’on peut faire tout cela dans le prochain mandat. »

Quant à la rue Masson, le candidat de Projet Montréal affirme qu’il est temps de lui donner un peu d’amour. « Masson a besoin d’une signature. Je pense que nous avons essayé certaines choses ces derniers temps, différents concepts, des bons coups et des moins bons, mais là il faut se pencher plus sérieusement sur une vision à long terme. Nous avons le projet de s’assoir avec les acteurs du quartier, bien sûr avec les commerçants et les résidents du secteur, pour créer une vision de la rue Masson qui va être forte. Il faut cristalliser un projet porteur, rassembleur, et en ce sens on peut s’inspirer du succès remporté par la revitalisation de la rue Saint-Hubert », déclare François Limoges.

Toujours dans le domaine du commerce, le candidat propose également de redonner un mandat fort au commissaire au développement économique de l’arrondissement. « Je veux que sa mission soit revue afin que l’on soutienne mieux les commerçants dans leurs démarches de localisation et de financement public. Idéalement, j’aimerais que ce poste soit perçu comme un genre de guichet unique pour les gens qui font affaires dans l’arrondissement, une porte d’entrée aussi pour ceux et celles qui désirent lancer un commerce sur le territoire », avance François Limoges.

Apaisement de la circulation : on y arrive

Parmi les changements qui ont marqué l’ère Croteau dans RPP, on peut avancer sans nul doute les nombreuses mesures d’apaisement de la circulation. Applaudies par certains, décriées par d’autres, elles ne passent pas inaperçues. Quelle est la position du candidat à ce sujet ? « Je ne vais pas renier ce qui a été fait ces dernières années parce qu’on voit vraiment une sécurisation améliorée du quartier, c’est indéniable. Il faut se rappeler que de nombreuses personnes se plaignaient intensément de la vitesse sur les rues un peu partout dans l’arrondissement. Si on ne l’avait pas fait, on nous le reprocherait aujourd’hui, il faut être honnête. Maintenant, s’il reste des actions à poser en termes d’apaisement de la circulation sur le territoire, je pense que ce sera chirurgical, comme dans des zones scolaires par exemple. Pour le reste, on y est arrivé, la majeure partie du travail est faite », explique-t-il.

Parlant de travaux sur rue, François Limoges terminera l’entrevue sur une note verte et un engagement intéressant concernant la plutôt « grise » rue Bélanger : « Il est temps qu’on lui refasse une beauté et qu’on lui redonne un peu d’oxygène, c’est pourquoi on s’engage dans un prochain mandat à verdir la rue Bélanger sur toute sa longueur. C’est une promesse qui tient une place importante dans notre programme », conclut le candidat, dont plusieurs observateurs lui prédisent un siège au Comité exécutif de la Ville, si Projet Montréal garde le pouvoir, bien entendu.